• Débutée il a un peu plus d'un an avec le bâtiment "voyageurs" (voir ici) et poursuivie avec la partie administrative (voir ici), la construction de la gare du diorama trouve aujourd'hui sa conclusion.

    Comme première opération, il restait à assembler les bâtisses l'une à l'autre par l'un de leur pignon.

    La deuxième phase consistait à fixer les descentes de gouttières façonnées à l'aide de fil électrique de 1,5 mm², peintes en gris dans leur ensemble et noir à hauteur du sous-bassement.

    Et finalement, il fallait apposer le dallage et la bordure autour de l'édifice.

    Tout cela fait, voici quelques photos pour vous permettre d'admirer le résultat final...

    La gare: épilogue
    La gare: épilogue
    La gare: épilogue
    La gare: épilogue
    La gare: épilogue
    (cliquer sur une image pour l'agrandir) 

     

    Pour ma part, je trouve que le résultat rencontre toutes mes espérances.


    1 commentaire
  • Après le bâtiment destiné aux voyageurs, l'édification de la partie administrative de la gare s'imposait.

    Pour ce faire et comme c'est devenu une habitude au fil des constructions, j'élabore avec mon logiciel préféré le dessin du bâtiment et je l'imprime sur du papier fort (au minimum 200 gr/m²). Pour fixer les couleurs, je pose une couche de vernis acrylique mat TALENS AMSTERDAM.

    La gare: le BA
    (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

     

    Passons les opérations de découpe et de collage semblables à celles du bâtiment "voyageurs"  (voir ici).

    Une fois l'assemblage terminé, voilà le résultat obtenu.

    La gare: le BA
    La gare: le BA
    La gare: le BA
    La gare: le BA
    (cliquer sur une image pour l'agrandir) 

     

    Une vue du dessous pour apercevoir les cloisons posées en prévision de l'éclairage et de sa diffusion.

    La gare: le BA
    (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

     

    Les plus observateurs d'entre-vous auront remarqué l'absence de cheminées. Nous allons nous atteler à leur édification.

    Pour chacune, tout d'abord l'impression de la structure...

    La gare: le BA
    (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

     

    Suivie de la phase découpe et de celle de l'assemblage.

    La gare: le BA
    (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

     

    Avant de fixer les briques de relief du haut de la cheminée, je décide de découper une section (carrée ou rectangulaire, selon le cas) dans un morceau de balsa. Collée à l'intérieur du conduit, la pièce lui permettra de garder sa forme "quadrilatère".

    La gare: le BA
    La gare: le BA
      (cliquer sur une image pour l'agrandir)

     

    Comme déjà vu précédemment, du papier aluminium peint en gris est une excellente imitation du plomb. Des découpes feront des solins qui empêcheront toute infiltration à la base de la cheminée.

    La gare: le BA
    (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

     

    Flanqué de ses 6 cheminées, voilà le bâtiment terminé.

    La gare: le BA
    La gare: le BA
      (cliquer sur une image pour l'agrandir)

     

    Il me reste à poser les ancres métalliques qui "retiendront" la façade. Des bouts de fins fils électriques façonnés et peints feront l'affaire.

    La gare: le BA
    (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

     

    Une petit mise en situation temporaire permet de mieux appréhender l'ensemble "gare" ainsi réalisé.

    La gare: le BA
    (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

     

    L'ensemble s'intègre harmonieusement et donne l'effet escompté.


    1 commentaire
  • Depuis le début de mon aventure dans le modélisme ferroviaire, mes techniques de construction de bâtiments ont évolué dans l'ensemble mais surtout au niveau de certains embellissements.

    Un exemple est donné par l'utilisation du balsa pour les pièces en bois. C'est l'emploi de ce matériau qui m'a permis d'apporter un plus à ma remise à locomotive  (voir ici). Pour la petite histoire, cette bâtisse avait été le premier édifice que j'avais construit en utilisant du papier fort, la technique de l'impression jet d'encre, de la découpe manuelle et du collage des éléments obtenus.

    Vous pouvez admirer ici le rendu...

    Avant... Après...
     Embellissement de la remise à locomotive
    Embellissement de la remise à locomotive
      (cliquer sur une image pour l'agrandir)

    Avant... Après...
    Embellissement de la remise à locomotive
    Embellissement de la remise à locomotive
      (cliquer sur une image pour l'agrandir)

    En détail, les portes...

    Avant... Après...
     Embellissement de la remise à locomotive
    Embellissement de la remise à locomotive
      (cliquer sur une image pour l'agrandir)

     

    Un travail d'un certain intérêt, je crois.


    1 commentaire
  •  

    Voeux

    Voeux


    1 commentaire
  • Bien que le module soit de taille réduite, j'ai choisi l'option d'un Tableau de Commande Optique amovible. Vous me direz sans doute que, pour une première, je n'ai pas choisi la facilité et que, de plus, cela est superflu. Vous avez mille fois raisons mais comme on dit par chez nous: "Un baudet qui fait à s'mode, c'est l'mitin dè s'nourriture"...

    Il faut aussi voir ce diorama comme pouvant devenir un module parmi d'autres (voir les articles " Changement de cap... " et " Vers un module PiccoloMod ") ce qui à ce moment-là peut justifier l'emploi d'un TCO amovible.

    Pour ce TCO, je me suis donné quelques contraintes:
         - un interrupteur pour le 14V continu lié à une led verte indiquant la mise sous tension;
         - un interrupteur pour le 14V alternatif lié à une led verte indiquant la mise sous tension;
         - commande des aiguillages (sous 14V alternatif 500mA) uniquement par impulsion;
         - visualisation constante de la position des aiguilles (sous 14V continu 550mA):
                                          led verte ON=aiguille droite,
                                          led rouge ON=aiguille déviée.

    Ce qui, mis en forme, nous donne le plan suivant...

    Le projet TCO
    (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

     

    Les deux premières contraintes ne présentent évidemment pas de problème majeur et se résument, dans les deux cas, à l'utilisation d'un simple interrupteur (Le projet TCO).

    Pour respecter la troisième contrainte "commande des aiguillages (sous 14V alternatif 500mA) uniquement par impulsion", la seule solution est d'opter pour des inverseurs bipolaires ON-OFF-ON à retour automatique en position centrale (Le projet TCO) ce qui provoque l'allumage de la led témoin (rouge Le projet TCO ou verte Le projet TCO) mais évidemment son extinction aussitôt que l'interrupteur est relâché.

    Du même fait, la quatrième contrainte "visualisation constante de la position des aiguilles (sous 14V continu 550mA)" est prise en faute.

    Je décide donc d'envisager le problème différemment. D'abord assurer la visualisation de ce que doit être la position de l'aiguillage par un inverseur bipolaire ON-ON (Le projet TCO) et ensuite donner l'impulsion pour modifier la position de l'aiguille en confirmant le choix par un bouton poussoir OFF-ON-OFF (Le projet TCO).  

    Le projet TCO
    (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

     

    La petite animation interactive qui suit vous permettra de mieux comprendre mes propos. En cliquant là où pointe la flèche, vous découvrirez la manipulation appliquée à un aiguillage.

     

    Nombreux seront certainement ceux qui me feront remarquer qu'il y a moyen de simplifier la manipulation et d'ôter l'option "bouton poussoir pour confirmer" en utilisant simultanément un relais. A ceux-là, je répondrai par l'affirmative mais n'étant un grand spécialiste de l'électronique, je n'ai pas trouvé l'appui nécessaire autour de moi pour réaliser ce type de montage.

    Donc, j'ai préféré opter pour des choses qui me parlent. Le montage est moins sophistiqué certes mais à mon niveau.

    L'idée maintenant posée, pour achever la phase de conception, il faut effectuer le tracé du câblage électrique pour les sept aiguillages du module.

    Le projet TCO
    (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

     Version imprimableHeurtoirs

     

    Si on examine le plan, on constate qu'il y a 7 aiguillages à gérer et que chacun d'eux réclame 3 fils d'alimentation ce qui nous donne 21 fils à connecter. Je décide donc d'effectuer la liaison vers l'extérieur à l'aide d'une prise DB 25 en regroupant les pins 3 par 3 comme indiqué par le schéma et le cartouche qui suivent.

    Le projet TCO
    Le projet TCO
    (cliquer sur une image pour l'agrandir)

     

    Les plans étant dressés, il nous reste maintenant à les réaliser au mieux.

    Ce sera l'objet d'un prochain article.


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires