• Pour agrémenter le coin arrière gauche du diorama (toujours en construction) légèrement surélevé, l'idée me vient d'y ériger une chapelle.

    La chapelle Saint-Christophe
    (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

     

    L'édifice religieux sera dédiée au saint patron des cheminots. De son promontoire, il pourra ainsi veiller sur l'ensemble du réseau. Après quelques recherches, je suis amené à constater que, selon le pays, les travailleurs du rail prient un saint différent: en Belgique, on vénère Saint-Eloi et en France, Saint-Christophe.

    Le diorama en construction étant très hétérogène (bâtiments inspirés d'une gare et d'un halle de marchandise belges mais matériel en circulation d'origine française), je décide d'opter pour une chapelle consacrée à Saint-Christophe.

    Très loin de l'idée d'effectuer une copie intégrale, un petit tour sur le web me permet de trouver l'inspiration chez Bois Modélisme.

    La chapelle Saint-Christophe
    La chapelle Saint-Christophe
    (cliquer sur une image pour l'agrandir)

     

    Après quelques heures d'utilisation de mon logiciel de dessin préféré, la chapelle sort de l'imprimante sur un support papier de 220 gr/m². J'opère la fixation des couleurs par la pose d'une couche de vernis acrylique mat TALENS AMSTERDAM.

    La chapelle Saint-Christophe
    (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

     

    Remarque Sur la planche, on trouve la présence d'un clocheton en briques rouges. Sa construction sera abandonnée par manque d'esthétisme et remplacée par un montage en bois (voir plus loin).

     

    La construction du bâtiment peut alors commencer.

    Une fois les différentes parties isolées de la planche, je commence par évider les murs pour dégager les emplacements de la croix, des fenêtres et du porche. Cela fait, je mets en place les pierres de relief qui entourent les différentes ouvertures pratiquées

    La chapelle Saint-Christophe
    (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

     

    Vient le moment de s'occuper des vitraux. Je colle sur l'envers des découpes faites de la toile de moustiquaire pour symboliser les croisillons de plomb. Par dessus,  je fixe un morceau de plastique transparent (ici de couleur mauve) pour matérialiser le verre. Le tour est joué.

    La chapelle Saint-Christophe
    La chapelle Saint-Christophe
    (cliquer sur une image pour l'agrandir)

     

    Les murs intérieurs sont préparés. Il s'agit de la copie conforme des murs externes.

    La chapelle Saint-Christophe
    (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

     

    Une fois mise en place, une apparence de netteté s'installe. On en vient presque à regretter qu'il s'agit de l'intérieur du bâtiment qui ne sera pas très visible.

    La chapelle Saint-Christophe
    (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

     

    Classiquement, c'est le montage de la toiture suivi du découpage des "lourdes" portes dans du balsa. Les battants sont mis en couleur brune au marqueur à l'eau et finies au vernis.

    La chapelle Saint-Christophe
    (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

     

    Dans un soucis d'authenticité, je décide d'orner les portes de ferrures. Pour ce faire, j'aplatis du fil de téléphone et en débite six morceaux. A l'aide d'adhésif, j'ajuste les portes dans un gabarit et colle les fers.

    La chapelle Saint-Christophe
    (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

     

    Des pièces sont ajoutées à chaque coin. Elle symbolisent les pierres d'angle légèrement en relief comme celles du tour de la porte et des fenêtres.

    La chapelle Saint-Christophe
    La chapelle Saint-Christophe
    (cliquer sur une image pour l'agrandir)

     

    Il faut maintenant s'attaquer à la construction du clocheton tout en bois sauf en ce qui concerne la toiture.

    Un plafond carré pour supporter la cloche (un poussoir de boucle d'oreille).

    La chapelle Saint-Christophe
    (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

     

    Les rondins de bois comme supports de la plateforme.

    La chapelle Saint-Christophe
    (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

     

    Vient ensuite la préparation de la toiture en ardoise et des pignons de bois.

    La chapelle Saint-Christophe
    (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

     

    Après le perçage de quatre trous dans la toiture proprement dite de la chapelle, le clocheton est mise en place. Une fois le collage des pignons réalisé, un "rondin" de bois vient solidifier l'ensemble et servir de poutre de faîte au toit.

    La chapelle Saint-Christophe
    (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

     

    S'en suit la pose de la toiture et des rives avant et arrière, le clocheton est terminé.

    La chapelle Saint-Christophe
    (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

     

    Pour achever l'ensemble, il reste à poser l'évacuation des eaux de pluie (gouttières et descentes). Voici quelques photos pour apprécier l'ensemble.

    La chapelle Saint-Christophe
    La chapelle Saint-Christophe
    La chapelle Saint-Christophe
    La chapelle Saint-Christophe
    (cliquer sur une image pour l'agrandir) 

     

    Et comme conclusion à cet article, la traditionnelle "vue d'avion".

    La chapelle Saint-Christophe
    (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

     

    Qu'en pensez-vous?


    3 commentaires
  • Débutée il a un peu plus d'un an avec le bâtiment "voyageurs" (voir ici) et poursuivie avec la partie administrative (voir ici), la construction de la gare du diorama trouve aujourd'hui sa conclusion.

    Comme première opération, il restait à assembler les bâtisses l'une à l'autre par l'un de leur pignon.

    La deuxième phase consistait à fixer les descentes de gouttières façonnées à l'aide de fil électrique de 1,5 mm², peintes en gris dans leur ensemble et noir à hauteur du sous-bassement.

    Et finalement, il fallait apposer le dallage et la bordure autour de l'édifice.

    Tout cela fait, voici quelques photos pour vous permettre d'admirer le résultat final...

    La gare: épilogue
    La gare: épilogue
    La gare: épilogue
    La gare: épilogue
    La gare: épilogue
    (cliquer sur une image pour l'agrandir) 

     

    Pour ma part, je trouve que le résultat rencontre toutes mes espérances.


    1 commentaire
  • Après le bâtiment destiné aux voyageurs, l'édification de la partie administrative de la gare s'imposait.

    Pour ce faire et comme c'est devenu une habitude au fil des constructions, j'élabore avec mon logiciel préféré le dessin du bâtiment et je l'imprime sur du papier fort (au minimum 200 gr/m²). Pour fixer les couleurs, je pose une couche de vernis acrylique mat TALENS AMSTERDAM.

    La gare: le BA
    (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

     

    Passons les opérations de découpe et de collage semblables à celles du bâtiment "voyageurs"  (voir ici).

    Une fois l'assemblage terminé, voilà le résultat obtenu.

    La gare: le BA
    La gare: le BA
    La gare: le BA
    La gare: le BA
    (cliquer sur une image pour l'agrandir) 

     

    Une vue du dessous pour apercevoir les cloisons posées en prévision de l'éclairage et de sa diffusion.

    La gare: le BA
    (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

     

    Les plus observateurs d'entre-vous auront remarqué l'absence de cheminées. Nous allons nous atteler à leur édification.

    Pour chacune, tout d'abord l'impression de la structure...

    La gare: le BA
    (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

     

    Suivie de la phase découpe et de celle de l'assemblage.

    La gare: le BA
    (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

     

    Avant de fixer les briques de relief du haut de la cheminée, je décide de découper une section (carrée ou rectangulaire, selon le cas) dans un morceau de balsa. Collée à l'intérieur du conduit, la pièce lui permettra de garder sa forme "quadrilatère".

    La gare: le BA
    La gare: le BA
      (cliquer sur une image pour l'agrandir)

     

    Comme déjà vu précédemment, du papier aluminium peint en gris est une excellente imitation du plomb. Des découpes feront des solins qui empêcheront toute infiltration à la base de la cheminée.

    La gare: le BA
    (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

     

    Flanqué de ses 6 cheminées, voilà le bâtiment terminé.

    La gare: le BA
    La gare: le BA
      (cliquer sur une image pour l'agrandir)

     

    Il me reste à poser les ancres métalliques qui "retiendront" la façade. Des bouts de fins fils électriques façonnés et peints feront l'affaire.

    La gare: le BA
    (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

     

    Une petit mise en situation temporaire permet de mieux appréhender l'ensemble "gare" ainsi réalisé.

    La gare: le BA
    (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

     

    L'ensemble s'intègre harmonieusement et donne l'effet escompté.


    1 commentaire